Un nouveau parc au coin de Clark et Milton

Dans l'esprit de réconciliation pourquoi ne pas demander aux peuples autochtones quel nom doit-il donné le parc?

La ville dit qu’elle doit faire davantage d’efforts pour se réconcilier avec les peuples autochtones. Pourquoi ne pas demander leur avis sur le nom de ce futur parc? C'est derrière la maison Notman, un célèbre photographe canadien du siècle dernier connu pour ses portraits indigènes. Semble apte, non?


L’année dernière, au mois d’octobre 2019, la ville a enfin changé le nom de la rue Amherst et l’a rebaptisée « Atateken », ce qui signifie frères et sœurs en Mohawk.

La mairesse Valérie Plante définit ce changement de nom comme un premier pas vers la réconciliation entre la ville et les peuples autochtones.

Il était temps! Pour ceux et celles qui ne sont pas à jour avec l’Histoire, le général Amherst était un personnage cruel, qui a eu l’horrible idée de distribuer des couvertures contaminées par la variole aux peuples autochtones en 1760. Sympa.

C’est donc une première étape. Quelle serait alors la deuxième?

Il y a quelque temps, la ville a acquis un terrain verdoyant derrière la maison Notman, près de la station-service située au coin de Sherbrooke et de Saint-Laurent. « C’est un magnifique espace vert avec quelques-uns des arbres les plus anciens et les plus rares de toute la région de Montréal » explique Alex Norris, conseiller de ville pour le Plateau-Mont-Royal. Dans cet espace paisible, les membres des Premières nations organisent des cérémonies depuis quelques années.

Alors, qui était Notman? Né en 1826, William Notman a été le premier photographe canadien à acquérir une réputation internationale en capturant la vie des peuples  autochtones des Plaines et en photographiant Sitting Bull, qu’il rencontre à Montréal en 1885. Il a immortalisé le Canada à un moment où son identité conflictuelle était en formation. Et si nous tentions de donner un autre sens à  notre identité en créant un parc qui pourrait s’appeler « Le Parc de la Réconciliation »? Notman et ses œuvres pourraient y être honorées, mais plus important encore, les personnes qu’il photographiait le seraient également.

 

Les géomètres du parc de Montréal ont déjà commencé à mesurer le jardin. Alors avant d’en faire quoi que ce soit, ne devrions-nous pas ouvrir la discussion pour voir si les peuples autochtones montréalais ont des idées à ce sujet? Allez, Madame la mairesse, faites-en votre deuxième pas!

Notman House gardens (Credit James Galwe

"Et si nous tentions de donner un autre sens à notre identité en créant un parc qui pourrait s’appeler « Le Parc de la Réconciliation »? Notman et ses œuvres pourraient y être honorées, mais plus important encore, les personnes qu’il photographiait le seraient également."

Autres textes de James Galwey

Credit: James Galwey

Par James Galwey

Nouvelles

News