Par James Galwey

Les overdoses augmentent pendant des vagues de chaleur

L'année dernière, il y a eu un nombre record de décès mais que pouvons-nous faire pour l'arrêter?

L'année dernière, le nombre de décès liés à la drogue a augmenté à Montréal pendant la vague de chaleur estivale - cette année ne promet pas d'être différente.

 

Je suis assis dans les bureaux de CACTUS au coin de Sanguinet et Saint-Catherine avec Francis Giroux, le chargé de projets. On est fin avril, les bourgeons sont sortis, mais l’hiver a décidé de faire une dernière blague à nous Montréalais.es et la neige tombe en gros flocons à l’extérieur. Cinq centimètres ont été annoncés! Cela rend ma conversation avec Francis sur les drogues et les canicules légèrement anormale, mais en ce moment, en ces temps de Covid, rien n'est normal.

 

L’été passée, en juillet, le Bureau du coroner du Québec a annoncé 23 décès probables liés à la drogue à Montréal. La majorité (17) provenaient de stimulants achetés dans la rue (crack, cocaïne, amphétamines) et ont eu lieu sur une période d'une semaine entre le 20 et le 28 juillet. Il s'agit du nombre le plus élevé de décès en un mois depuis la mise en place de la surveillance des surdoses en 2014.

 

La canicule de juillet a joué un rôle important dans le nombre élevé de mortalités. Les experts médicaux disent que le temps chaud taxe la fonction cardiovasculaire, poussant le cœur à ses limites. Lorsque les températures augmentent, les risques liés aux stimulants augmentent également.

 

Francis explique que l’équipe des Messagers de rue sont bien conscient des risques liés aux vagues de chaleur. « C'est aussi la déshydratation. Les gens doivent boire plus d'eau. La durée de l’effet des stimulant comme le crack fait bouger les gens, ils sont énergiques, manque de sommeil et de nourriture. La déshydratation engendrée est très dangereux. »

 

Le problème est que le sang devient plus visqueux lorsque le corps est déshydraté et le cœur doit fournir un travail plus important pour le pomper. Ceci peut entraîner un dysfonctionnement au niveau du cœur et l'apparition de maladies cardio-vasculaires. Des études aux États-Unis montrent que les jours où la température quotidienne est à 31,1 °C ou plus, le nombre de décès est 33 % plus élevé. La consommation de cocaïne est dangereuse tous les jours, mais par temps chaud, elle est particulièrement dangereuse.

 

Bien que cette année s'annonce globalement un peu plus fraîche, Environnement Canada annonce toujours un autre été chaud et les responsables de la santé publique en prennent note. La pandémie n'aidera en rien car les gens se retrouvent de plus en plus isolés.

 

Les Messagers de rue de Cactus sont déterminés à faire leur part pour aider. Francis, le chargé du projet s’explique : « Cet été, nous allons avoir trois patrouilles supplémentaires dans les rues. De plus, nous aurons également envoyer des pairs sur les vélos afin qu’ils puissent couvrir le plus de lieux sur le territoire de Ville-Marie. L’équipe va rappeler aux personnes de la rue les messages de prévention associés à l’importance de s’hydrater pendant les canicules ».

 

Nous regardons à l'extérieur et la neige qui continue de tomber. Fou de penser que Météo Québec annonce 12 °C et un soleil de plomb d'ici la fin de la semaine.

Nouvelle

News

51140278057_8972cf496d_o (2).jpg
crack5jpg.jpg